• RÉSERVEZ VOTRE SÉJOUR EN MARTINIQUE
    Suite Villa, hotel avec piscine en Martinique
    Nombre de nuit(s) 
    Adultes  Enfants  Bébés 

L’agneau du parc d’Alexandre Dauberton, chef du Zandoli et vainqueur du concours de la gastronomie martiniquaise

 

la-suite-villa-hotel_0053-restaurant-trois-ilets-martinique

 

« Simple et saveurs : deux mots qui n’en font qu’un » – Alexandre Dauberton

 

Dans le cadre du concours de la gastronomie martiniquaise organisé à l’hôtel la Pagerie, le 24 septembre 2016, huits chefs ont rivalisé de créativité et d’inventivité pour cuisiner une viande provenant d’un agneau du parc naturel régional de la Martinique. Ce concours, c’est Alexandre Dauberton, le chef du restaurant semi-gastronomique « Le Zandoli » qui l’a remporté, grâce notamment à la cuisson et à la finesse de son plat et à son émulsion de pommes de terres.

Le chef nous livre aujourd’hui son ressenti sur cette expérience enrichissante

Parlez-nous de ce fameux « agneau du parc » et du challenge que sa préparation a représenté pour vous.

Les organisateurs du concours et les chefs présents avaient à cœur de cuisiner un produit local, disposant de meilleurs conditions d’élevage pour une viande plus tendre et avec plus de goût. La spécificité du concours était qu’il fallait choisir entre trois parties de l’agneau pour la préparation : l’épaule, la selle ou le carré. J’ai choisi les épaules, même si ce n’est pas le plus simple, mais ce qui m’aurait vraiment plus c’est de retrouver l’agneau en entier dans l’assiette.

C’est donc ce que vous avez décidé de proposer aux clients du Zandoli à partir de ce mercredi 19 octobre?

Tout à fait, l’idée est de retrouver l’agneau sous trois formes et donc trois textures différentes dans une même préparation. Il y aura donc dans cette assiette l’épaule d’agneau qui m’a permis de remporter le concours mais également la selle et le carré. L’accompagnement restera cependant le même que pour le concours car c’est ce qui m’a permis de me démarquer de mes concurrents : une émulsion de pommes de terres infusées au basilic peyi.

 Qu’est-ce que ce concours vous a apporté, qu’en retiendrez-vous ?

Remporter un concours dans un premier lieu ça donne confiance en soi et me motive à continuer dans cette direction. Ensuite ça me prouve qu’avec mon équipe on est « dans le vrai » dans ce qu’on propose à la carte du Zandoli, puisque c’est une préparation de la carte qui m’a permis de gagner. C’était vraiment une très bonne expérience et se retrouver face à des chefs expérimentés ça pousse au dépassement de soi et ça fait ressortir le meilleur de soi-même.